Incentive en Grèce

19 Nov Incentive en Grèce

incentive athenes

Organisez votre incentive en Grèce. Si le pays est en proie à des soubresauts économiques, la destination n’en reste pas moins attractive. Déjà pour l’histoire. Du nord au sud, le visiteur ne saurait passer à côté des grands sites hérités de la Grèce Antique. Les ruines romaines de Philippes, le site grandiose de Delphes, siège du sanctuaire d’Apollon auquel les pèlerins venaient poser leurs questions par l’intermédiaire de la célèbre Pythie qui y rendait ses oracles. Les monuments d’Athènes et le promontoire du Cap Sounion au sud de la capitale, ou encore Olympie, dominé par le temple de Zeus sur lequel plane encore le souvenir des premiers Jeux Olympiques. Et il y en a tellement d’autres.

Qui dit Athènes dit Acropole. Aménagée il y a 2 500 ans environ par Périclès, celle-ci émerge au-dessus de la ville avec un trio de monuments parmi les plus visités du monde:les Propylés à l’entrée; le Parthénon, dédié à Athéna, et l’Erechthéion, flanqué des statues des caryatides. L’ensemble est complété, à deux pas, par le temple d’Athéna Niké et le Nouveau Musée de l”Acropole, qui a réservé une place à la frise orientale du Parthénon en vue du jour où le British Museum de Londres, qui la détient, voudra bien la restitué à la Grèce qui la réclame. Légèrement en contrebas se trouve la colline de l’Aréopage ainsi que le théâtre de Dionysos et l’odéon d’Hérode Atticus, qui reçoit les spectacles lyriques du Festival estival d’Athènes. Au bas de l’Acropole, le Theséion et l’Agora parachèvent l’imposante richesse architecturale antique de la capitale grecque.

La ville modeme n”est jamais mieux perçue que du haut du Lycabette, la « colline des loups », ou de la colline Philopappos. Athènes essaie de compenser sa réputation de creuset de pollution par l’animation des ruelles et placettes du quartier médiéval de Plaka et, à peine moins touristique, de Monastiraki, l’ancien quartier turc. Un peu moins intéressant, le quartier de Kolonaki, avec la place Syntagma et le marché central, jouit d’une saisissante animation. La ville possède des musées de grand renom:l’incontournable Musée national archéologique, qui renferme presque toutes les grandes oeuvres d’art de la Grèce antique parmi lesquelles les antiquités mycéniennes; le musée Benaki; le musée d”Art cycladique, le Musée byzantin, la Pinacothèque (Le Greco), la fondation Melina-Mercouri et le nouveau musée d’Art contemporain Frissiras. Les autres grandes villes grecques ont du mal à rivaliser. On se gardera, toutefois, d’oublier les églises, les anciennes mosquées et les musées (archéologique et byzantin) de Thessalonique, comme la tranquille Ioannina, son lac, ses monastères, ses mosquées et sa forteresse.

Tant dans le nord que dans le Péloponnèse, la configuration montagneuse de la Grèce continentale est à l’origine de paysages injustement méconnus par le touriste, trop occupé par l”Antiquité et les plages.Dommage de passer à côté de sites qui ont conservé toute leur authenticité comme, dans le Nord-Ouest, L’Épire et les monts du Pinde, pays des Zagoria. Là se mêlent de jolis villages (Vitsa, Monodendri), de vieux ponts et surtout les gorges de Vikos, aux falaises surplombant la rivière de près de 1 000 m. Dommage, également, de trop souvent ignorer, dans l’Est, le massif du Pélion, aux villages pétris de charme, et dont les forêts comme les vergers sont propices à la randonnée. Le mont Olympe, dans le Nord-Est, montagne sacrée et haut lieu de la mythologie grecque, est le séjour des déesses et des dieux. Aujourd’hui, il est plus prosaïquement – et assez facilement – escaladé par de nombreux randonneurs.

Plus couru que le Nord, le Péloponnèse s°ouvre sur une curiosité: l’étroit canal de Corinthe, aux parois impressionnantes. Il voisine avec le golfe du même nom, que l’on découvre depuis les pentes du cap de l’Iraio. Mais la presqu’île vaut surtout par les trois « doigts » qui la prolongent au Sud, et notamment celui du milieu, le Magne. Cette région isolée présente un relief tourmenté aussi austère que prenant. Elle est parsemée de petites églises byzantines et, surtout, de tours de défense propres à la région, érigées dans des villages qui se dépeuplent inexorablement. Les côtes du Péloponnèse (notamment la côte de l’Arcadie, dans l’est), comme celles du Pélion ou de la Macédoine n’ont pas la prétention de rivaliser avec celles des îles sur le plan du tourisme balnéaire, et demeurent méconnues. Les plages de sable blanc de la Chalcidique, dans le nord du pays, accueillent finalement autant de Grecs que de touristes étrangers.

Agence Incentive est votre guide de l’incentive et du séminaire.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.