Un séminaire au Pérou

incentive Perou

01 Déc Un séminaire au Pérou

Il y a deux semaines, nous avons eu la chance d’organiser un séminaire au Pérou, qui a permis aux participants de découvrir, au terme d’une inoubliable excursion sur un sentier inca, l’incroyable cité royale de Machu Picchu. Perchée sur les hauteurs des Andes péruviennes, cette dernière est l’une des plus belles réalisations de la civilisation inca. Construit au XVe siècle, le site fut abandonné cent ans plus tard, au moment de la conquête espagnole, et tomba dans l’oubli pendant plus de quatre cents ans. Cet oubli contribua à sa préservation. Les ruines impressionnantes de cette mystérieuse cité s’étendent sur un versant abrupt de la vallée d’Urubamba et constituent le point d’orgue du sentier de l’Inca, un chemin de randonnée difficile mais particulièrement apprécié par les sportifs. Divers parcours sont possibles, mais le « classique », qui traverse des paysages impressionnants et des ruines baignées par des nuées fantomatiques, est le plus prisé. Ce sentier, que l’on parcourt en quatre jours environ, se déroule sur 43 kilomètres et grimpe jusqu’à 4 200 mètres d’altitude.

Dressée à 3 400 mètres d’altitude, Cuzco est la capitale historique de l’Empire inca, et le point de départ de l’ascension vers le Machu Picchu. Il est conseillé d’y rester quelques jours afin de s’acclimater aux hauteurs avant d’attaquer le Sentier. En outre, d’intéressantes ruines antiques y côtoient l’architecture coloniale espagnole, ce qui permet d’avoir une première prise de contact avec l’énigmatique culture inca, dont le royaume s’étendait autrefois sur 3 000 kilomètres dans la zone occidentale de l’Amérique du Sud : sa langue, le quechua, reste aujourd’hui encore l’une des langues indigènes les plus parlées du continent. Le point de départ le plus fréquent se situe au « Kilomètre 82 », ainsi nommé à cause de la distance qui le sépare de Cuzco en suivant la voie ferrée. Le premier jour de trek est relativement facile et comprend la descente du canyon Urumbaya. Un rapide détour par la tumultueuse rivière Cusichaca conduit aux ruines bien conservées de Llactapata (« la ville terrasse »), colonie agricole construite sur ses rives. Le premier soir, le campement est établi à Huayllabamba, dernier village habité sur le Sentier.

Le deuxième jour, l’ascension vers le col de Warmiwañusca, le plus haut du parcours, demande un effort intense. L’endroit offre toutefois de splendides panoramas sur les pics montagneux alentour. Le Sentier redescend ensuite, les pentes arides laissant place à une forêt verdoyante. La vallée de Pacamayo accueille les marcheurs pour la nuit. Au troisième jour, le Sentier remonte vers un autre col. L’ascension est moins rude, et coupée par un arrêt à Runkuracay, ancien poste d’observation inca. Ce point de vue circulaire permet de contempler la vallée de Pacamayo dans toute sa splendeur. Après le col, le Sentier rejoint l’antique route inca, pavée quelques siècles auparavant (les Incas construisirent 23 000 kilomètres de route quadrillant leur immense empire). Les randonneurs croisent en chemin d’autres ruines, comme celles de Sayacmarca (« la cité inaccessible »). Entourées sur trois côtés de falaises abruptes, elles s’étendent en terrasses sur un étroit contrefort surplombant la vallée d’Aobamba. Au sommet du troisième col, Phuyupatamarca (« la cité au-dessus des nuages ») pointe au-dessus des nuées dans un bucolique écrin de verdure entouré de pitons rocheux. Le Sentier, qui ressemble ici à un escalier de pierre sommaire, descend à travers les nuages vers les vestiges de Wiñay Wayna (« jeunesse éternelle »), dédale de maisons, thermes et temples de pierre.

La plupart des randonneurs partent avant l’aube du quatrième jour dans l’espoir d’atteindre Machu Picchu pour le lever du soleil. La Porte du Soleil, au sommet d’une crête, offre les premiers panoramas sur la majestueuse citadelle de pierre. Bien que cette hypothèse n’ait pas été confirmée, on pense que Machu Picchu fut construit comme palais d’hiver pour le grand empereur inca Pachacuti (1438-1471). D’aucuns affirment que le Machu Picchu fut aussi un lieu de pèlerinage dédié aux divinités incas. Quoi qu’il en soit, la cité totalise plus de 200 constructions, et les plus impressionnantes — et énigmatiques — sont regroupées dans la zone sacrée. Le temple du Soleil et le temple aux Trois-Fenêtres sont voués au culte du dieu du Soleil, Inti, dont les dirigeants incas étaient les descendants supposés. L’Intihuatana, pierre sacrée gravée servant d’horloge astronomique, est la seule de ce genre à avoir échappé aux conquistadors espagnols et conserve une forte symbolique religieuse aux yeux des habitants de la région. Le voyage prend fin à bord du train de retour pour Cuzco, mais reste à jamais dans la mémoire de celui qui a arpenté le Sentier ! Si vous souhaitez proposer à vos collaborateurs ce séminaire unique, n’hésitez pas à nous contacter pour demander un devis.

incentive perou

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.